•  Replacer l’Homme au cœur des échanges économiques

Le commerce international dans sa forme actuelle a tendance à générer des inégalités importantes qui creusent l’écart entre les plus riches et les plus pauvres.

Le commerce équitable promeut ainsi le développement d’une économie plus solidaire, au Nord comme au Sud, fondée sur un principe de solidarité, d’utilité sociale et de réductions des inégalités mais également la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, par le biais de modes de production durable et de la consommation responsable.Des centaines de millions de personnes dans le monde travaillent dans des conditions extrêmement précaires pour cultiver ou fabriquer des matières premières et des biens qui sont mis en vente sur les marchés occidentaux. L’essentiel du prix que nous payons pour ces produits revient aux intermédiaires (acheteurs internationaux, distributeurs, grandes surfaces). Une trop faible part de ce prix revient  qui tirent profit du travail de ces  paysans et travailleurs dans les pays en développement. Le commerce équitable est né du refus de ces déséquilibres et propose une alternative au commerce traditionnel qui place le respect des Droits de l’Homme au cœur des échanges.

Face aux différentes crises de notre modèle de société, le commerce équitable propose des solutions concrètes où chacun à son rôle à jouer.

  • Préserver l’environnement par des modes de production durables

Pour nourrir demain les 9 milliards d’habitants de la Terre, le commerce équitable promeut une agriculture paysanne et agro-écologique, créatrice d’emploi et performante, qui respecte les ressources naturelles (sols, eau …) et laisse la terre aux mains des hommes et des femmes qui la travaillent. Ce faisant, il limite les phénomènes d’exode rural.

Pour préserver notre Planète, les organisations de commerce équitable bénéficient en outre bien souvent d’une prime à la reconversion vers le bio, dispensée par les principaux organismes de certification (WFTO, Max Havelaar, Eco Cert, Bio Partenaire…). Cette prime a pour principal objectif d’inciter les coopératives de producteurs et de paysans à adopter des modes de production toujours plus respectueux de l’environnement et soucieux de leur impact écologique. Les acteurs de commerce équitable privilégient également la distribution de leurs produits dans les circuits-courts, c’est-à-dire une réduction des intermédiaires entre le producteur et le consommateur.

  • Favoriser des modes de gouvernance démocratiques

Le commerce équitable participe aussi à l’autonomisation et au développement des communautés locales, à  la réduction des inégalités homme-femme et à la promotion des pratiques démocratiques. Il invite par exemple les producteurs à se réunir en structures démocratiques (coopératives par exemple) où chaque producteur et productrice a le même poids pour prendre les décisions communes, qu’il s’agisse de décider d’un investissement ou de l’utilisation de la prime de développement.

  • Faire évoluer les pratiques commerciales mondiales

Enfin, les militants du mouvement du commerce équitable, forts des réussites observées sur le terrain, plaident auprès des décideurs politiques et économiques pour faire progresser les règles du commerce mondial vers plus d’équité et de durabilité.

Publicités